Accueil » Actualites Ofor » Délégation de service public de l'eau : le processus bouclé avant fin 2019

Délégation de service public de l'eau : le processus bouclé avant fin 2019


Jeudi 3 janvier 2019

La Délégation de Service Public sera bouclée avant la fin de l’année 2019. C’est l’objectif de l’OFOR qui est en avance dans le processus. Les fermiers sont en train de prendre les relais dans les régions de Thiès et de Diourbel. La première délégation à Notto-Diosmone-Palmarin a produit des effets escomptés.

«Le Directeur Général de l’Office des Forages Ruraux (OFOR) projette de parachever la Délégation de Services Publics avant la fin de l’année 2019. L’information a été donnée au cours d’un entretien accordé au journal « Le Soleil ».

Le parachèvement de la délégation de service public est un objectif. L’échéance, c’est d’ici la fin de l’année. Nous sommes en avance. Nous avons déjà Thiès et Diourbel sous délégation avec l’opérateur AQUATECH qui a démarré depuis avril. Il y a le fermier SEOH qui gère le périmètre de Notto-Ndiosmone-Palmarin », a rapporté le Directeur Général.

C’est le fermier FlexEau qui interviendra à Kaolack, Kaffrine et Fatick alors que dans les régions du Sud, nous avons aussi AQUATECH, pour Tambacounda, des séances de sensibilisation sont en cours et les passations de service vont démarrer incessamment avec la Société de Gestion des Eaux du Sénégal (SOGES). «Pour le Nord, à savoir Saint Louis, Louga et Matam, nous travaillons avec la SDE. Nous espérons que tous ces opérateurs pourront démarrer d’ici la fin de l’année », a indiqué le Monsieur Seyni Ndao.

Aujourd’hui, l’OFOR tire un bilan positif de la Délégation de Service Public. Mieux, le contrôle de la qualité de l’eau est une exigence. « Le service de l’eau s’est nettement amélioré du point de vue de la qualité. Nous exigeons de ces fermiers des analyses bactériologiques chaque mois. En plus, nous avons engagé des services pour des contre analyses », a déclaré le Directeur Général de l’OFOR.

Contrairement aux ASUFOR, informe le Directeur Général, le temps de pannes des forages est réduit, autrement dit, nous intervenons plus rapidement pour les dépannages. « Nous pensons qu’aujourd’hui, ça se passe bien même si nous pouvons avoir des difficultés par ci et par là. Il y aura toujours des réfractaires à la Réforme. Nous menons des missions régulières sur le terrain pour voir si le fermier respecte le cahier des charges », note Monsieur Ndao.