Accueil » Actualites Ofor » Un grand pas vers l’accès universel à l’eau potable

Un grand pas vers l’accès universel à l’eau potable


Mardi 22 décembre 2020

La vision du Président de la République, son Excellence Macky SALL en matière d’hydraulique rurale se traduit en actes concrets. Aujourd’hui, plus qu’hier, le Sénégal compte plus de villages qui ont accès à l’eau potable y compris dans les localités les plus éloignées. C’est toute la visée de la dernière Réforme de l’Hydraulique rurale.

La création de l’Office des Forages Ruraux (OFOR) et surtout des investissements consentis par le Gouvernement ont permis de couvrir les besoins des milliers de Sénégalais vivant en milieu rural. C’est aussi depuis 2014 que la construction des forages s’est accélérée avec les projets et les différentes phases du PUDC. A titre illustratif, le PUDC 3 a permis de renforcer le patrimoine de l’hydraulique rurale avec 235 forages (nouveaux et réhabilitation), 177 nouveaux châteaux d’eau, 1769 km de réseaux, plus de 978 bornes fontaines, 169 potences et 193 abreuvoirs pour le bétail. A cela, s’ajoutent les abreuvoirs pour le bétail. Actuellement, le Sénégal est sur la bonne voie de l’accès universel à l’eau potable en milieu rural.

Ces résultats sont engrangés grâce à la vision du Président de la République, son Excellence, Macky SALL qui avant son accession à la magistrature suprême s’était rendu dans plusieurs villages du Sénégal pour partager la souffrance et les préoccupations des habitants. Beaucoup de Sénégalais des profondeurs avaient fait écho des problèmes d’approvisionnement en eau potable. Lorsqu’il a accédé au pouvoir, il a fait de la résolution de cette problématique sa priorité.

Entre 2012 et 2020, ce sont plusieurs milliards de francs CFA qui ont été injectés dans ce sous-secteur pour étancher la soif des milliers de Sénégalais. Il le fallait car durant des décennies, ces Sénégalais du monde rural n’avaient pas de manière continue accès à ces services de l’hydraulique. Le sous-secteur est entré dans une phase de modernisation qui se traduit par la réduction du temps de panne des forages, la disponibilité des services, le contrôle de la qualité de l’eau destinée aux habitants du monde rural. Dans tous les villages bénéficiaires des ouvrages, les flots de témoignages sont concordants. Des milliers de villages du Sénégal sont dans un nouveau cycle de vie. Les femmes et les filles ne parcourent plus plusieurs kilomètres à la recherche du liquide précieux, ni ne se réveillent à l’aube pour faire la queue devant les puits.

La corvée d’eau a été réduite libérant ainsi cette couche et permettant le développement d’activités génératrices de revenus. C’est connu que la disponibilité de l’eau est un facteur qui permet de lutter contre la pauvreté. En réalité, la réalisation des forages et le raccordement des villages ont impulsé une nouvelle dynamique aux activités maraichères dans plusieurs localités. Malgré ces acquis, l’OFOR s’est inscrit dans une logique de consolider les résultats et surtout de relever les nouveaux défis. Il s’agit entre autres de la poursuite de la construction des ouvrages de production pour desservir d’autres localités, nous pensons aux îles de la basse Casamance, le transfert de l’eau de la zone où la nappe est bonne vers d’autres villages où la nappe est salée. Tout compte fait, le Sénégal est sur la bonne voie pour l’accès universel à l’eau potable.