Accueil » Actualites » Accès à l'eau potable : l'ambition d'être une référence

Accès à l'eau potable : l'ambition d'être une référence


16/08/2017

Le processus de certification trouve son fondement dans l’essence des missions de l’OFOR. La fourniture des services d’eau doit se faire avec la quête continue de la performance. La qualité des prestations d’une société, d’une entreprise, d’une administration est attestée par une certification. C’est une attestation qu’on peut exhiber partout. Mais ce n’est pas une attestation que l’AFNOR délivre pour faire plaisir à la société candidate. Le processus est long et contraignant. «L’OFOR ambitionne d'être une référence dans les domaines d'accès à l'eau potable au profit des populations et c’est sans nul doute à travers l’amélioration continue, l’ancrage dans une dynamique de progrès au sein de l’OFOR et l’évolution du niveau de performance globale qu’il va y parvenir », soutient la Responsable Qualité à l’OFOR, Madame Awa Dieng.

L’esprit de cette démarche trouve son fondement dans la philosophie de cette institution qui a insufflé un souffle nouveau à la production et à la distribution de l’eau dans le monde rural. En plus de l’accroissement de l’accès à cette ressource, l’eau consommée dans des zones sous délégation de service public répond plus aux normes en vigueur au niveau international.  « En outre, la satisfaction des besoins des populations, en particulier ; des besoins et attentes de toutes les parties intéressées pour une gouvernance collaborative du secteur de l’hydraulique rurale, en général, sont l’essence même de la mission de l’OFOR. Et, un système de management Qualité, basé sur les principes et exigences établies par la norme ISO 9001, permettra de démontrer l’aptitude de l’OFOR à fournir un service public de l’eau conforme aux exigences normatives, aux exigences des clients, aux exigences légales et règlementaires et aux exigences contractuelles », avance Madame Awa Dieng.

Du reste, le processus de certification n’a rien d’une dose exotisme. D’autant plus que l’OFOR cultive la gestion axée sur les résultats. La logique de résultats prime sur l’exigence de moyens. L’établissement public a conçu des stratégies à cette fin. « Des orientations stratégiques sont définies, en amont, dans un plan stratégique de développement, puis déclinées en objectifs annuels pour la mise en œuvre, avec des allocations de ressources proportionnelles pour leur atteinte. Un suivi permanent des activités et des évaluations à date sont effectués pour rendre compte en permanence l’impact des activités. Des indicateurs de surveillance et des indicateurs de performance renseignent sur la mesure de la performance. Des revues d’activités et des revues de direction permettent de contrôler le niveau d’avancement et de prendre des décisions d’amélioration », informe la Responsable Qualité à l’OFOR. 

En somme, poursuit-elle, l’OFOR a une structure de management qui lui fournit un cadre pour la planification, l’exécution, la surveillance, l’amélioration des performances ; et qui lui permet d’être toujours en accord avec cette expression de son DG : « la quête permanente de l’Excellence imprègne tous les aspects de notre métier et nous permettra d’atteindre notre objectif ultime : un foyer, un point d’eau potable».

Avec Le Soleil